Pour toutes informations: 514.659.1137

Top

Une relation cruelle entre plomb et pauvreté

Une relation cruelle entre plomb et pauvreté

Les personnes vivant dans des municipalités rurales défavorisées courent davantage des risques d’être exposées au plomb dans l’eau potable que les habitants des villes mieux nanties, révèle une étude menée par des chercheurs de l’Université Laval. L’application des nouvelles recommandations de Santé Canada, qui a récemment abaissé la concentration maximale acceptable de plomb dans l’eau potable, risque de faire pression sur les autorités et les forcer à sortir leur portefeuille pour résoudre ce problème, qualifié d’injustice environnementale.

« C’est une injustice environnementale parce que les populations les plus défavorisées ont accès à un environnement moins sain que les populations plus favorisées […] C’est comme le fait d’être exposé à un air plus pollué », déplore Ianis Delpla, chercheur principal de l’étude et membre du Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD) de l’Université Laval. L’étude publiée en 2015 est complètement passée sous le radar médiatique, en pleine crise de l’eau potable à Flint, au Michigan.

Les autorités fédérales et provinciales savent depuis longtemps que les personnes à faible revenu sont particulièrement à risque de boire une eau polluée par le plomb, et ce, peu importe où elles habitent. Cette étude vient donc confirmer cette iniquité à l’échelle des municipalités.

D’après l’étude, les communautés démunies présentent 33 % plus de risques de boire de l’eau contenant des concentrations de plomb supérieures à la norme de 5 parties par milliard (ppb) que les communautés des municipalités plus riches. 26 % des municipalités défavorisées ne traitent aucunement leur eau, contre 15 % des municipalités riches.Voyez les résultats des tests effectués dans votre municipalité

Les chercheurs — Ianis Delpla, Alexandre Lebel et Manuel Rodriguez du CRAD, Patrick Levallois de l’Institut national de santé publique (INSPQ) et Tarik Benmarhnia de l’Institut des politiques sociales et de la santé de l’Université McGill — se sont servi des données de recensement de Statistique Canada pour créer un indice de défavorisation matérielle qui regroupe le niveau de scolarité, l’emploi et le revenu des résidents de près de 600 municipalités.

À partir de cet indice, M. Delpla et son équipe ont subdivisé les municipalités en quatre groupes, allant des plus riches (premier quartile) aux plus pauvres (quatrième quartile), ce qui leur a permis d’observer une corrélation entre le degré de défavorisation, les traitements ajoutés à l’eau potable et le taux de deux contaminants, dont le plomb.

En croisant ces données avec celles du ministère de l’Environnement obtenues en vertu de la loi sur l’accès à l’information, l’équipe du Devoir et de l’Institut du journalisme d’enquête de l’Université Concordia a pu évaluer l’ampleur du problème de plomb dans les municipalités défavorisées. Selon les chiffres du ministère, 96 municipalités ont rapporté des résultats excédant l’ancienne norme québécoise de 10 ppb entre 2015 et 2018. Dans cette liste, une dizaine se classent dans les troisième et quatrième quartiles de la présente étude. À titre d’exemple, en 2017, les petites municipalités de Saint-Roch-de-Richelieu et Saint-Germain — se situant dans le troisième quartile — ont déclaré des niveaux élevés pour le plomb, soit respectivement 360 ppb et 245 ppb. Au sein des communautés les plus défavorisées, on retrouve La Martre (43 ppb), Chandler (49 ppb), Girardville (49 ppb) et Rivière-Bleue (92 ppb).

 Ton statut socioéconomique a une influence sur ton taux sanguin, et cette population se trouve généralement dans de vieux quartiers où l’on repère des entrées de service de plomb— Michèle Prévost

« Avec les nouvelles normes, nous ne pouvons prédire comment se comportera notre réseau », peut-on lire dans un courriel transmis au Devoir par un porte-parole de la municipalité de Rivière-Bleue, qui précise que « bien évidemment s’il s’avère que nous ne respections pas la norme et que des sommes importantes doivent être investies, une aide gouvernementale sera la bienvenue autant pour les municipalités que pour les résidents eux-mêmes ».

Un problème répandu

Cette inégalité ne se limite pas aux zones rurales. À Montréal, une étude du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec de 2016 a démontré que les niveaux de plomb sanguins étaient considérablement plus élevés chez les enfants de cinq ans et moins d’origine étrangère et dont la mère était au chômage et ne possédait qu’un diplôme de niveau secondaire ou inférieur. Selon l’étude, ces facteurs socioéconomiques ont une influence sur l’association entre les niveaux de plomb dans le sang des jeunes enfants et l’exposition au plomb par l’eau provenant du robinet.

Déjà en 2013, le gouvernement fédéral statuait à la lumière des connaissances scientifiques que les « personnes économiquement défavorisées » étaient les plus exposées au plomb.

« Ton statut socioéconomique a une influence sur ton taux sanguin, et cette population se trouve généralement dans de vieux quartiers où l’on repère des entrées de service de plomb », explique Michèle Prévost, professeure d’ingénierie et titulaire de la Chaire industrielle en eau potable de l’École polytechnique de Montréal.

La carte interactive du Devoir présentant les zones les plus touchées par la présence de plomb en fait la preuve. Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et le Sud-Ouest y figurent parmi les arrondissements les plus pauvres et les plus exposés à ce métal neurotoxique dans l’eau. D’autre part, le Vieux-Montréal et Griffintown, des arrondissements plus riches, sont les moins touchés par cette problématique.

Besoin d’un soutien financier

Québec ayant annoncé l’adoption de la norme de 5 ppb recommandée par Santé Canada, les municipalités pourraient faire face à des coûts supplémentaires pour gérer le problème. Pour M. Delpla, le gouvernement devrait offrir une aide financière à chaque municipalité aux prises avec un problème de plomb. « Il y a différents fonds provinciaux qui peuvent servir d’outil pour limiter ces inégalités de traitement, qui peuvent mener à des différences. »

Une opinion partagée par la Ville de Montréal. Juste avant le dévoilement du nouveau plan d’action de la Ville le 23 octobre, le directeur général, Serge LaMontagne, a écrit à trois ministères (Environnement, Santé et Affaires municipales) pour demander une aide financière dans ce dossier. La Ville évalue à plus de 600 millions le montant nécessaire pour éliminer toute trace de tuyaux en plomb sur son territoire. La Ville a d’ailleurs indiqué que de 2006 à ce jour, elle estime avoir investi 151 millions de dollars dans le remplacement de 21 000 entrées de service de plomb.

« Il demeure que [la Ville] ne peut être, seule, tenue responsable de la présente situation », peut-on lire dans la lettre envoyée aux ministères. Dans un courriel transmis au Devoir le 7 novembre dernier, la Ville dit qu’il est trop tôt pour un retour des ministères et que les suivis de la demande sont en cours. Rappelons que Montréal compte faire 100 000 dépistages au cours des trois prochaines années, fournir des filtres aux familles défavorisées et remplacer toutes les entrées de service de plomb — tant dans les domaines public que privé — d’ici 2030.

« [Certains propriétaires] ne voudront peut-être pas dépenser 5000 $ pour changer leur entrée de service de plomb. Ils n’ont pas forcément les moyens », fait remarquer Mme Prévost.

Il aura fallu 12 ans avant que la Ville réalise que son plan de remplacement était en deçà de ses objectifs, d’autant que les résidents étaient réticents à devoir payer eux-mêmes pour le remplacement des tuyaux.

C’est la raison pour laquelle la mairesse, Valérie Plante, a annoncé que la Ville avancerait les coûts pour enfin régler le problème en entier. La facture sera par la suite envoyée aux propriétaires qui pourront payer par versements sur 15 ans.

« La Ville prend ses responsabilités. Pour plein de raisons, si les propriétaires ne le font pas, on va le faire à leur place, parce que c’est une question de santé publique […] C’est très ambitieux [comme plan et cela] pourrait même être considéré comme intrusif, mais je considère que si on veut éliminer à la source, il vaut mieux faire l’entièreté des travaux », a indiqué Mme Plante à notre équipe d’enquête, peu avant d’annoncer son nouveau plan d’action.

L’ENQUÊTE SUR LE PLOMB

Des méthodes d’échantillonnage désuètes, des avis d’experts repoussés, un manque de rigueur : voilà un aperçu des nombreuses révélations issues d’une enquête journalistique d’envergure réalisée par Le Devoir, l’Institut du journalisme d’enquête de l’Université Concordia et Global News, qui, pendant plus d’un an, ont examiné des centaines de réponses à des demandes d’accès et des analyses d’eau dans des villes de toutes tailles à travers la province. En utilisant les méthodes d’échantillonnage préconisées par Santé Canada pour mesurer l’exposition maximale, l’équipe a fait ses propres tests pour démontrer les lacunes flagrantes dans la réglementation québécoise en matière de gestion du plomb dans l’eau potable. Après notre première publication le 16 octobre, le gouvernement Legault a changé de cap pour finalement adopter la norme et la méthodologie recommandée par Santé Canada.
Texte : Brigitte Tousignant, Le Devoir

Institut du journaliste d’enquête de l’Université Concordia :
Productrice et superviseure : Patti Sonntag
Coordonnateur de recherche : Michael Wrobel
Coordonnatrice du projet : Colleen Kimmett
Journaliste d’enquête : Michael Bramadat-Willcock 

Le Devoir : Cheffe de projet : Véronique Chagnon Stagiaire : Lea Sabbah

Produit par l’Institut du journalisme d’enquête de l’Université Concordia La liste complète des contributeurs est ici : concordia.ca/watercredits

ÉCRIT PAR :

Brigitte Tousignant et L’Institut du journalisme d’enquête de l’Université Concordia

RÉFÉRENCE:
https://www.ledevoir.com/societe/sante/567186/eau-contaminee-une-relation-cruelle-entre-plomb-et-pauvrete

16 novembre 2019

No Comments

Post a Comment